Archives de la catégorie ‘Crise finançiére’

Des banques européennes proches de la faillite.

Fall of the republic est le dernier documentaire d’Alex Jones à ne pas rater. Il y aborde la problématique de la FED (réserve fédérale des États-unies), la crise économique et financière, les relations d’Obama avec les grands financiers, le nouvel ordre mondial, le réchauffement climatique, l’impression de choix…

(suite…)

Qui est Ron Paul ?

Marc Faber, gestionnaire de fonds Suisse et rédacteur à Gloom Boom & Doom , a indiqué qu’il y aura par la suite une énorme banqueroute de l’économie et alors l’expansion du crédit dans son ensemble arrivera à sa fin. Avant que cela n’arrive, les gouvernements continueront à imprimer de l’argent, qui en temps donné conduira à un taux d’inflation très élevée, et l’économie ne répondra plus à aucun stimulus.

Parlant lors d’une conférence Mercredi à Singapour, Faber a dit : « La crise n’a rien résolu. Au contraire il y a moins de transparence aujourd’hui qu’il n’y en avait avant. La facture du gouvernement augmente, et les abus qui ont mené à l’unique cause de la crise continuent ».

« Je pense que par la suite il y aura une grande débâcle économique et alors l’expansion du crédit dans son ensemble touchera à sa fin, » a ajouté Faber.

« Avant que cela n’arrive, les gouvernements continueront à imprimer de l’argent qui en temps donné conduira à un taux d’inflation très élevée, et l’économie ne répondra plus à aucun stimulus ».

(suite…)

Les prix de l’or sur les marchés mondiaux ont de nouveau augmenté, battant un troisième record en trois jours sur fond de chute du dollar par rapport aux autres devises clés, a annoncé jeudi l’agence Bloomberg. Ainsi, le prix de l’or à la bourse de Singapour (Singapore Exchange, SGX) a atteint jeudi 1052,51dollars l’once de troy, alors que les contrats à échéance décembre étaient négociés à 1055,10 l’once au NYMEX (New York Merchantile Exchange).
« On fait marcher la planche à billets, d’où la hausse de l’or. Il y a des milliers de raisons pour acheter de l’or au moment opportun », a déclaré l’investisseur Jim Rogers en commentant la situation sur le marché.
« L’optimisme régnant sur le marché de l’or maintient les prix des autres matières premières », estime Kazuhiko Saito, analyste de la société de courtage japonaise Fujitomi CO., cité par l’agence Bloomberg.
L’attitude pessimiste envers le billet vert a été provoquée mercredi par la décision de la Banque centrale d’Australie – la première des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) – de relever son principal taux d’intérêt.
Le dollar a également été plombé par l’information publiée mardi par le quotidien britannique The Independent. Selon le journal, les ministres des Finances et présidents des Banques centrales des pays du Golfe, de la Chine, de la Russie, du Japon et de la France auraient évoqué au cours de négociations secrètes la possibilité remplacer le dollar par un panier de monnaies dans le commerce du pétrole.

http://fr.rian.ru

carte_ueSuite à l’adhésion de la Lettonie à l’UE, il y a cinq ans, les investisseurs étrangers y avaient vu un nouveau marché et déversèrent de l’argent dans ce pays, en premier lieu dans la construction et l’immobilier. Cette arrivée d’argent frais fit bondir la consommation, ce qui fit grimper les prix et les salaires. Ce furent surtout des banques scandinaves qui se lancèrent à la conquête de ces nouveaux pouvoirs d’achat en offrant des crédits à taux réduits. De nombreux Lettons s’empressèrent d’en profiter et achetèrent des appartements à crédit. Les paysans construisirent des fermes et des étables ultramodernes grace à des crédits avantageux de plusieurs millions d’euros. Cette façon légère des banques d’accorder des crédits favorisa les ventes spéculatives de la branche immobilière, apporta aux investisseurs du pays et étrangers de forts profits et fit grimper les prix des appartements.
Du fait de la crise, beaucoup de gens ne purent plus payer les intérêts des emprunts. Les prix dans l’immobilier tombèrent à plus de la moitié et la plus grande banque lettone, Parexbank, ne put être sauvée de la faillite que par la nationalisation. Ce qui fit grimper la dette publique du pays, à tel point que la faillite de l’Etat ne put être évitée que grâce à une injection du Fonds monétaire international (FMI). Aujourd’hui, la Lettonie est en ruine.

(suite…)