Grippe A h1n1: La circulaire qui envisage le pire

Publié: 23 septembre 2009 dans Grippe A

grippe-epidemieLes maires de France ont reçu par lettre des instructions de leur préfecture pour les aider à préparer leur commune et leurs administrés à l’éventualité d’une pandémie. Avec tout d’abord le plan de continuité de l’activité : autant de mesures pour limiter les perturbations des services publics et de l’activité économique.

Les élus ont également reçu une copie du plan ORSEC en vigueur, décrivant les actions à conduire dans les différentes étapes d’une pandémie massive. Tout y a été prévu. En amont, les élus sont par exemple appelés à prévoir une cellule de crise communale, désigner un correspondant « pandémie grippale »… mais aussi à prévoir des « sites de stockage de cercueils », ou des « sites potentiels pour enterrements sans mise en bière en cas de décès massifs » (fosses communes).

Et si le pire devait se produire, dans le cas de « gestion de décès massifs », les maires sont aussi appelés à élargir « la plage horaire des services d’état-civil » et « des cimetières », et à renforcer « le nombre des agents affectés au terrassement ».

Certains élus ont pris les devants, à l’image de Grégoire Carneiro, le maire de Castel ginest (Haute Garonne). Le 1er septembre 2008, la commune de 10 000 habitants a mis en place un « plan de sauvegarde » pour une vingtaine de risques, allant de la déflagration nucléaire à l’anthrax, en passant par la tempête. Pour la grippe A, le plan a été adapté. Il prévoit l’information de tous les habitants et la mobilisation de toutes les professions de santé de la commune. Il prévoit également des lieux destinés à accueillir une campagne de vaccination des habitants.

Une circulaire à faire froid dans le dos

Échaudé par la canicule d’août 2003, le gouvernement va très loin dans le principe de précaution. Ainsi, tous les maires du département ont reçu une circulaire très complète de six pages intitulée « Action des maires dans la gestion d’une crise sanitaire majeure de type pandémie grippale ». Tout le dispositif y est détaillé, jusqu’à cette requête qui fait froid dans le dos : au chapitre « Opérations funéraires », le préfet demande aux maires d’« identifier les sites potentiels permanents qui pourraient recevoir des corps sans mise en bière » ; de « recenser les sites de stockage de cercueils, cercueils hermétiques et de housses » ; la « réalisation d’un annuaire avec les coordonnées des entreprises de pompes funèbres, des fabricants et/ou distributeurs de cercueils les plus proches.

Source: La Dépêche du Midi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s